la conference economique africaine appelle a une volonte politique plus forte pour stimuler lindustrialisation de lafrique

La Conférence économique africaine appelle à une volonté politique plus forte pour stimuler l’industrialisation de l’Afrique

image 26
De gauche à droite : Matthias Naab, directeur du Centre de services pour la région Afrique du PNUD ; Claver Gatete, secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique ; Sahle-Work Zewde, présidente de l’Éthiopie (à gauche), lors de la Conférence économique africaine 2023, à Addis-Abeba.

Addis-Abeba, Éthiopie, 17 Novembre 2023 -/African Media Agency(AMA)/-Les pays africains doivent faire preuve d’une volonté politique plus forte pour faire progresser l’industrialisation, notamment en adoptant de nouvelles politiques visant à promouvoir l’amélioration de la productivité et à exploiter le potentiel d’une population jeune en pleine croissance, ont entendu les délégués participant à la Conférence économique africaine 2023.

Cette conférence de trois jours s’est ouverte mercredi dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, sous le thème « Les impératifs du développement industriel durable en Afrique ».

Organisée par la Banque africaine de développement, la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique et le Programme des Nations unies pour le développement, la conférence de cette année, la 18e édition, a réuni des experts, le secteur privé, des chercheurs et des jeunes pour discuter des défis et des perspectives de l’industrialisation en Afrique.

Dans son discours de bienvenue, la présidente éthiopienne Sahle-Work Zewde a souligné l’importance de l’industrialisation comme moteur essentiel d’une croissance économique inclusive.

« La nécessité de changer le discours sur l’industrialisation de l’Afrique pour un développement industriel inclusif et durable est devenue plus impérative ; les pays africains doivent construire un secteur industriel robuste capable de résister aux chocs extérieurs », a-t-elle déclaré aux participants.

La présidente Sahle-Work a mis l’accent sur le fait que les politiques industrielles devraient se concentrer sur le soutien au développement industriel national et sur la promotion de l’amélioration de la productivité et de la compétitivité, soulignant que le Covid-19 avait enseigné de dures leçons sur la vulnérabilité de la production mondiale et des chaînes de valeur face à divers chocs.

L’Afrique abrite certaines des économies mondiales à forte croissance et dispose d’un capital humain attrayant, dominé par une population jeune comparativement aux populations vieillissantes d’autres régions, et est donc considérée comme le futur marché frontière de la main-d’œuvre. Malgré cela, le rythme de l’industrialisation et de la transformation économique en Afrique reste lent par rapport à d’autres régions.

Le secrétaire général adjoint des Nations unies et secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Claver Gatete, a appelé la conférence à explorer les politiques et les capacités institutionnelles nécessaires à une industrialisation durable, un développement inclusif et une transformation structurelle. « Cela nous aidera à reconstruire et à sortir plus forts des crises », a-t-il déclaré, ajoutant que la mise en œuvre de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est également cruciale.

M. Gatete a souligné l’engagement de la CEA à soutenir les pays et les communautés économiques régionales dans l’élaboration de stratégies de mise en œuvre nationales et régionales afin de les aider à intégrer l’accord de la ZLECAf dans leurs priorités nationales et à identifier les domaines dans lesquels ils disposent d’un avantage concurrentiel.

Kevin Urama, économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement, a exhorté les pays africains à penser différemment et à mettre en œuvre des politiques de transformation qui accélèrent la capacité de production locale et encouragent la consommation de produits fabriqués localement.

« Les Africains doivent penser africain, produire africain et consommer africain pour encourager le développement industriel local en Afrique », a-t-il déclaré.

M. Urama a proposé plusieurs approches pour accélérer l’industrialisation et la transformation structurelle en Afrique. Celles-ci comprennent la mise en œuvre d’une politique industrielle stratégique qui encourage la production et la consommation locales, ainsi que le développement des chaînes de valeur nationales et régionales.

« Des politiques telles que le contenu local et le franchisage pourraient donner des résultats faciles à atteindre », a déclaré M. Urama. Il a ajouté que l’Afrique dispose également des ressources naturelles nécessaires pour mener la révolution technologique des véhicules électriques.

Il a souligné le rôle du Groupe de la Banque africaine de développement, en collaboration avec ses partenaires, dans le soutien au processus d’industrialisation et de transformation économique de l’Afrique par le biais de sa priorité « High 5 », « industrialiser l’Afrique ».

Matthias Naab, directeur du Centre de services pour la région Afrique du Programme des Nations unies pour le développement, a exhorté à la promotion de partenariats public-privé mutuellement bénéfiques engagés dans l’industrie manufacturière en Afrique.

image 27
La présidente éthiopienne Sahle-Work Zewde (à gauche) en pleine discussion avec l’économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement, Kevin Urama, lors de la CEA 2023. Au centre, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), Claver Gatete.

Il s’est également félicité de la prise en compte croissante de la jeunesse dans les politiques de développement. « L’inclusion de jeunes chercheurs africains à cette conférence témoigne de notre engagement à exploiter leur puissance intellectuelle ; les jeunes sont les industriels d’aujourd’hui et de demain, et nous voulons nous assurer qu’ils jouent un rôle de premier plan dans l’identification des voies à suivre », a-t-il déclaré.

Dans une allocution en visioconférence, Mme Fatou Haidara, directrice générale adjointe de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), a cité la jeunesse africaine, le dynamisme des petites et moyennes entreprises, le potentiel des énergies renouvelables et l’abondance des ressources naturelles comme des facteurs potentiels de réussite pour le continent.

« La capacité de production locale, l’accès inclusif aux marchés financiers mondiaux, les chaînes de valeur durables et l’action climatique sont des conditions préalables nécessaires pour une Afrique prospère », a déclaré Mme Haidara, soulignant l’engagement de l’ONUDI à aider les pays à développer leurs capacités, leurs analyses et leurs conseils en matière de politiques fondés sur des données probantes.

Distribué par  African Media Agency (AMA) pour la Banque Africaine de Développement.

Source : African Media Agency (AMA)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Verified by MonsterInsights